Catégories
Sites

Pontarlier – Chapelle Notre-Dame de l’Espérance

Pontarlier
Chapelle Notre-Dame de l’Espérance
Chapelle de l'Espérance - Commons
  

En 2018 > David BoenoLa signature du soleil

La Chapelle Notre-Dame de l’Espérance se dresse là depuis 1861, par la volonté de l’abbé Lallemand, curé de Pontarlier. Il voulait remercier la Vierge d’avoir exaucé un vœu : en 1854, il lui avait promis une statue si la ville était épargnée du fléau du choléra (les dons des fidèles ont permis de dépasser le projet primitif). Du mont Molar, où elle se trouve, au-dessus de la chapelle, la Mère de Dieu continuerait à étendre sa protection sur la ville… L’édifice, de style néo-gothique (Louis Girod, architecte) est en effet sommé d’une statue de la Vierge (due au sculpteur pontissalien Favier).

La construction d’un clocher et l’achat d’une cloche firent partie du projet. La dite cloche fut achetée et baptisée en 1948. C’est Monsieur Constant VANNOD de Labergement qui fut chargé d’exécuter les travaux.

GPS : 46,896475 / 6,357003

Catégories
Sites Sites 2016

Remoray-Boujeons – Église de la Nativité-de-Notre-Dame

Remoray-Boujeons
Église de la Nativité-de-Notre-Dame
Eglise de Boujeons - Pmau / Commons
  

En 2016 > Hugo PernetNatives

Le village de Boujeons a été rattaché à Remoray en 1972. Le clocher de l’église restauré récemment en tuiles vernissées présente des couleurs très vives.

Sous le vocable de la Nativité de Notre Dame, l’église est reconstruite en grande partie au XIXème siècle sur l’emplacement de l’ancienne chapelle datant de 1620-1629.

La nef date de 1843, le clocher de 1810.

GPS : 46,748778 / 6,204610

Catégories
Sites Sites 2016

Labergement-Ste-Marie – Chapelle Saint-Théodule

Labergement-Ste-Marie
Chapelle Saint-Théodule
Chapelle Saint-Théodule - Commons
Chapelle Saint-Théodule - Commons
  

En 2016 > John M. ArmlederINVISIBLE

Située au lieu-dit Grange-Neuve, au pied du massif forestier de la Grand-Côte, cette chapelle fut construite en 1861, prenant la suite d’une chapelle déjà dédiée à Saint Théodule, dite « de Villamont », détruite à la Révolution en même temps que les autres bâtiments de l’abbaye de Mont-Sainte-Marie.

De dimensions modestes, elle est constituée d’un clocher-porche, d’une nef, d’un chœur et d’une petite sacristie faisant saillie à l’extérieur de ce dernier. À l’intérieur, trois vitraux célèbrent saint Antoine, l’éducation de la Vierge et, pour celui du chœur, la vie de saint Théodule, et notamment les deux miracles qui lui sont attribués, une multiplication de raisins en Suisse et la délivrance d’un prisonnier. Saint Théodule, patron des vignerons du Valais, est également célébré par une statue et un tableau.

GPS : 46,785110 / 6,271414

Catégories
Sites Sites 2016 Sites 2022

Montperreux – Chapelle N.D. de Lourdes

Montperreux
Chapelle N.D. de Lourdes
Chapelle de Montperreux - Commons
  

En 2016 > Benoît BillotteClaire-voie

Située sur un belvédère à 1000 m d’altitude à un endroit appelé « Le Perreu », cette chapelle fut construite à la suite d’un vœu que fit l’abbé Joseph Marcellin Gellion, prêtre à Montperreux en 1871. En cette période où les Prussiens envahissaient la région, ce curé et les paroissiens firent le vœu de construire une chapelle dédiée à Notre-Dame de Lourdes si la Vierge protégeait la paroisse. Il en fut ainsi et il n’y eut ni mort, ni combat, ni destruction, ni dommage aux personnes et habitations pendant la guerre de 1870 dans cette commune.

L’abbé Gellion mourut en 1873. Étant donné que le vœu fut exaucé, c’est son successeur, l’abbé Auguste Donat Paquette, qui entreprit la construction en 1889. La pierre fut extraite d’une carrière de la commune et le bois de charpente abattu sur une forêt communale. Des paroissiens offrirent un certain nombre de journées pour préparer ces matériaux pour un entrepreneur.

Toutes ces acquisitions et constructions furent réalisées grâce à la générosité de nombreuses personnes. Notre-Dame de Lourdes fut installée à l’intérieur ainsi qu’une table de communion réalisée par l’abbé Paquette. À cette époque, il y avait une grande dévotion à la Vierge en ce lieu. Plusieurs fois par an une messe y était célébrée.

Durant de nombreuses années, les fidèles s’y rendaient en procession le 15 août pour la bénédiction des enfants ou aux rogations afin de prier la protection des biens de la Terre ainsi qu’au mois de mai pour réciter le chapelet.

En 1983, la foudre s’est abattue sur le clocher comme un avertissement de ne pas oublier cet oratoire et de le remettre en état.

En 1984, des travaux ont été réalisés : reconstruction du clocher en pierre du pays, remise en place de la cloche et pose d’une porte avec auvent de protection.

GPS : 46,828923 / 6,342161

Catégories
Sites Sites 2016 Sites 2022

Le Crouzet – Chapelle Sainte-Anne

Le Crouzet
Chapelle Sainte-Anne
Chapelle du Crouzet - Pmau / Commons

Chapelle du Crouzet - Pmau / Commons

  

En 2016 > Peter RöselFeigenblatt, Feuille de figuier

La chapelle Sainte-Anne est un petit édifice modeste situé pratiquement au centre du village du Crouzet. Malgré quelques réparations effectuées à la fin du XIXème siècle, elle présente toujours son aspect primitif de rusticité.

Une nef unique et aveugle est couverte par une voûte en berceau comme le chœur dont elle est séparée par une grille en bois faisant office de jubé. La simplicité du décor et l’absence d’ornementation accentue la modestie architecturale de l’ensemble que surmonte un petit clocheton couvert par un toit à l’impériale.

GPS : 46,703279 / 6,137415

Catégories
Sites Sites 2016 Sites 2022

Chaux-Neuve – Église Saint-Jacques et Saint-Christophe

Chaux-Neuve
Église Saint-Jacques et Saint-Christophe
Eglise de Chaux-Neuve - Commons
Eglise de Chaux-Neuve - Commons
  

En 2016 > Hugo Schüwer-BossEntrelacs

L’Église Saint-Jacques et St-Christophe de Chaux-Neuve fut consacrée le 19 mars 1487 par Mgr Henri Potin, évêque de Philadelphie, suffragant de Mgr Charles de Neufchâtel, archevêque de Besançon1. Agrandie au cours du temps, la dernière modification (la construction du clocher) date de 1686. Église remarquable par sa richesse et son architecture intérieure, elle est inscrite à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1926.

De nombreux meubles sont classés Monuments historiques (6 retables, baptistère, panneaux bois peints des 2 côtés, chaire, statues de St Pierre en albâtre, de St Joseph en bois polychrome, calvaire en bois, banc des fidèles…). Toute voûtée d’ogive avec culots très décorés, elle possède une décoration héraldique importante et variée en particulier un magnifique blason des Habsbourg, propriétaires de la Franche-Comté pendant deux siècles et plusieurs blasons des Chalons.

(1) « Mouthe » par Jean Musy, édition la Gentiane bleue 1906

GPS : 46,680515 / 6,132335

Catégories
Sites Sites 2016

Jougne – Chapelle des Forges

Jougne
Chapelle des Forges
Chapelle des Forges - Commons
  

En 2016 > Christelle FillodNightlight-Vadso 2016

Il n’y a pas moins de trois édifices religieux à Jougne qui sont dédiés à saint-Maurice, cet officier romain qui, selon la tradition, fut exécuté à Martigny au IIIème siècle avec les 6500 hommes de la légion thébaine pour avoir refusé de massacrer les populations chrétiennes locales : l’église de Jougne, la chapelle du XIIème siècle de La Ferrière et cette chapelle. On ne connait ni la date, ni les circonstances de la construction de cette seconde chapelle Saint-Maurice relativement récente.

C’est un édifice simple, rectangulaire, adossé à une maison particulière, dans le village, au bord de la route qui le traverse : un petit porche d’entrée ouvre sur une nef unique séparée du chœur par une table de communion en bois ; un plafond couvre la nef et le chœur. Des baies en plein cintre éclairent l’ensemble. Dans le chœur, un autel (XVIIIème siècle) dont le retable est orné de deux statuettes en bois doré. Cet ensemble mobilier, assez modeste, provient vraisemblablement d’un édifice plus ancien. Un chemin de croix (gravures du XIXème siècle), deux statues saint-sulpiciennes en plâtre, un harmonium et des bancs en bois constituent l’essentiel du mobilier et du décor de cette chapelle.

Texte de Joël Guiraud

GPS : 46,742286 / 6,379773

Catégories
Sites Sites 2016

Les Grangettes – Église de la Nativité-de-Saint-Jean-Baptiste

Les Grangettes
Église de la Nativité-de-Saint-Jean-Baptiste
Eglise des Grangettes
  

En 2016 > Delphine ReistLES MINUTES MÉCANIQUES

La première église des Grangettes est construite en 1635. Restaurée et remaniée au cours des siècles, elle se dresse encore aujourd’hui au milieu du cimetière, face au lac de Saint-Point. Elle est constituée d’un clocher-porche de plan carré (XVIIe siècle) couvert par un toit à l’impériale ouvrant sur un vaisseau à trois nefs de deux travées voûtées d’arêtes et un chœur à chevet plat couvert par une voûte d’ogives.

Le chœur et les bas-côtés sont éclairés par 6 baies à vitraux figuratifs réalisés par le maître-verrier Alfred Georgeon (XXe siècle). Des contreforts renforcent l’édifice à l’extérieur. Cette petite église est dotée d’un intéressant mobilier liturgique en bois réalisé au XVIIIe siècle par des menuisiers-sculpteurs très certainement locaux ayant intégré les particularités du style baroque pour réinventer un art religieux baroque du Haut-Doubs. L’ensemble du maître-autel-retable, en bois sculpté peint et doré, est un bon exemple de ce baroque du Haut-Doubs mariant le vocabulaire architectural de l’antiquité aux angelots et aux scènes de la Bible.

Texte de Joël Guiraud

GPS : 46,828083 / 6,311879

Catégories
Sites Sites 2016 Sites 2018

Brey-et-Maison-du-Bois – Chapelle Sainte-Barbe

Brey-et-Maison-du-Bois
Chapelle Sainte-Barbe
Chapelle Sainte-Barbe
  

En 2018 > Le FRAC avec Rodolphe Huguet9 erreurs

  

En 2016 > Séverine HubardBis bizz, la chapelle aux insectes

« La Chapelle Sainte-Barbe de Maison du Bois a été érigée sur l’initiative et par la famille Royet ; à noter que les familles Royet du Brey et de Maison du Bois ont la même origine. La dite chapelle a été construite sans clocher. En 1943, l’abbé Humbert curé de Rochejean, Monsieur Joseph Deniset maire et le conseil municipal décidèrent de restaurer la chapelle sous la protection de la Sainte Vierge pour le retour des 7 prisonniers dont les noms suivent : Vuez Francis né en 1901, Georges Treand né en 1904, Joseph Treand né en 1907, Louis Pagnier né en 1913, Louis Deniset né en 1913, Joseph Pagnier né en 1916, Jean Treand né en 1909.

La construction d’un clocher et l’achat d’une cloche firent partie du projet, la dite cloche fut achetée et baptisée en 1948. C’est Monsieur Constant VANNOD de Labergement qui fut chargé d’exécuter les travaux. »

Texte de Jean-Marie Saillard

lettre de jm saillard-1 (2)

GPS : 46,739577 / 6,230343

Catégories
Sites Sites 2016

Malbuisson – Église Saint-Claude

Malbuisson
Église Saint-Claude
Eglise de Malbuisson - Commons

Eglise de Malbuisson - Commons

  

En 2016 > Jacqueline BenzD’autre part

L’église de Malbuisson est une église des XVIIe, XVIIIe et XXe siècle. Elle est dédiée à Saint Claude. Elle fut construite en 1732 sur les bords du lac de Saint-Point (également appelé « lac de Malbuisson ») sur une chapelle primitive de 1618 et sur les fondations d’une ancienne chapelle de 1705.

GPS : 46,801513 / 6,307757

Catégories
Sites Sites 2016

Métabief – Église de la Présentation-de-Notre-Dame

Métabief
Église de la Présentation-de-Notre-Dame
Eglise de Métabief - Commons
  

En 2016 > Dominique PetitgandLes cordes vocales

L’église paroissiale placée sous le vocable de la Présentation de Notre-Dame a été élevée au XIXème siècle (1843) pour remplacer une chapelle plus ancienne située à l’intérieur du cimetière. Constituée d’un clocher-porche carré, d’une nef unique et d’un chœur, cette église suit un schéma usuel du XIXème siècle : la copie des modèles des siècles passés. On peut souligner la présence de fonts baptismaux en bois peint marron rehaussé d’or. Il s’agit d’un élément provenant d’un édifice plus ancien, peut-être de l’ancienne chapelle.

GPS : 46,773372 / 6,351360

Catégories
Sites Sites 2016

Mouthe – Église de l’Assomption

Mouthe
Église de l’Assomption
Eglise de Mouthe - Pmau / Commons
Eglise de Mouthe - Pmau / Commons

  

En 2016 > Christian Robert-TissotSans titre

En 1077, Simon, comte en Valois, se retire à l’abbaye de Saint-Claude (Jura), puis avec quelques compagnons près de la source du Doubs, où il aurait construit une chapelle ; mais la première mention de l’église de Mouthe ne date que de 1120.

Cette église a été remaniée plusieurs fois : agrandie vers 1400, restaurée et en partie reconstruite après les incendies de 1479 et 1639.

L’église actuelle a été construite de 1732 à 1742 sur les plans de l’architecte Gazelot. Le plan est simple et classique : un clocher-porche carré couvert par un toit à l’impériale ouvre sur une nef à deux collatéraux et sur un chœur ; l’ensemble est couvert par une voûte d’arêtes. Des colonnes séparent la nef et les collatéraux qu’éclairent de grandes baies à vitrail. A l’extérieur des contreforts renforcent l’édifice.

Mais ce sont surtout les différentes pièces de mobilier (du XVIIIème siècle, en bois sculpté peint et doré) qui font l’intérêt de cet édifice : le maître-autel retable dont le tableau représente l’Assomption de la Vierge, les retables latéraux, la chaire à prêcher, les fonds baptismaux, les confessionnaux, les tableaux et les statues.

Texte de Joël Guiraud

GPS : 46,710554 / 6,194237